Le Programme EDUCULTURE

22. Déc., 2016

EDUCULTURE

PREAMBULE
La culture est l’ensemble des connaissances acquise par un individu durant son développement humain à travers sa socialisation naturelle immersive, acquise lors des apprentissages, des expérimentations et des savoirs informationnels. Il est donc de convenance qu’il existe sur les deux formes à savoir : une éducation à la culture et une culture à l’Education. La première étant une forme des savoirs scientifiques en vu de l’appropriation des savoirs et richesses patrimoniales dans l’optique d’une maîtrise et d’une pratique objective de culture qui prend la forme de discipline. Il s’agit de la mise en codification de l’ensemble des disciplines qui la définit : Musique Théâtre Dessin …. La deuxième forme quand à elle s’applique la fonction cognitive qui amène les disciplines à la construction et l’édification de l’humain en devenir. Il questions ici de lui donner les armes nécessaires à la bonne pratique de la discipline pratiquée. Dans les deux Cas l’artiste homme et l’homme artiste se regroupe en ce phonème EDUCULTURE qui est une proposition contextuelle du groupe Infini pour le solutionner à la bases les trivialités du panthéon culturel camerounais.

22. Déc., 2016

CONTEXTE

Il n’est pas possible de venir dans le monde du donné et du recevoir sans originalité identitaire, course dans laquelle toutes les sociétés culturelles du monde apprennent à exister dans une guerre sans merci guidée par les moyens techniques et technologique des sciences de communications. Elles même vectorisées par l’image, le son la langue et eus et coutumes la religion et la philosophie la culture planétaire ne laisse pas l’Afrique insensible aux différents autres courants qui l’influencent depuis de nombreux siècles. Face aux épisodes historiques que furent l’esclavage et la colonisation l’Afrique et le Cameroun se sont vu imposer des langues et des cultures occidentales pour s’ouvrir au monde. Seulement les conséquences de cette course aveugle et effrénée vont avec des corollaires dévastateurs des civilisations et des savoirs millénaires. Inculturation, déracinement, mauvaises pratiques, insipidité improductivité sont là quelque mots qui traduiraient à suffisance l’asymptote de notre culture qui est riche de diversité.

22. Déc., 2016

LES OBJECTIFS

Il s agira en six mesures d’apporter des formations à des cibles identifiées du milieu Scolaire au milieu professionnel. De l’initiation à la professionnalisation de 20 000 artistes horizon 2035

INTRODUCTION

L’Industrie culturelle et Mondialisation sont deux notions qui, loin de s’exclure, s’imbriquent étroitement. Ainsi, le développement des industries culturelles constitue-t-il un passage obligé vers la mondialisation. Car l’universalisation des cultures n’a pu se réaliser et s’amplifier que grâce au développement de la technologie de l’information et de la communication. C’est donc la technique qui envahit le champ de l’économie. Mais ceci n’est qu’une apparence qui cache des enjeux économiques.

L’Afrique est depuis l’histoire de l’humanité le berceau de toutes les civilisations fortes du faite de son caractère originel. Sa richesse culturelle est de loin la plus diverse. Plus de 6153 ethnies font de ce continent un trésor anthropogène culturel immense. Elle est avec l’Asie la matrice quantitative des civilisations encore authentiques. Mais pour combien de temps encore ? Le Cameroun dans ce tableau se présente comme étant l’un des pays les plus représentatifs de cette diversité culturelle. Avec près de 300 ethnies auxiliaires de tous les grands groupes ethnologiques que connait le continent notre pays devrait tirer le plus grand profit. Ce d’autant plus que le pays du char des dieux a toujours été à tous les grands rendez-vous de l’histoire de l’humanité. Grandes explorations, Esclavage, Commerce triangulaire, Colonisation, Première et Deuxième Guerre Mondiale Processus de décolonisation exceptionnel (Pays sous tutelle et sous Mandat) Pays bilingue (Anglais Français) Pays laïc (Christianisme islamique et religions africaines traditionnelles.) Le Cameroun compte des centaines de royaumes traditionnels. La musique traditionnelle camerounaise en est, depuis les temps anciens, le moyen de commémorer les faits et événements ayant marqué une famille, une ethnie, un peuple durant son vécu. De nos jours, l'ouverture du pays et les nouvelles technologies de l'information et de la communication ont fortement transformé l'univers musical camerounais tout en s’inspirant de ses musiques traditionnelles. Les autres disciplines sont restées pendantes à cause d’un ensemble de clivage politico socio économiques Loing des notions du développement des industries culturelles.

Définir les industries culturelles relève d’une entreprise difficile car cette notion recouvre des domaines divers et varies. Complexe le secteur l’est donc .Toutefois, On parle généralement d’Industrie Culturelle lorsque la présentation d’une œuvre est transmise ou produite par des techniques industrielles.

L’Industrie culturelle et Mondialisation sont deux notions qui, loin de s’exclure, s’imbriquent étroitement. Ainsi, le développement des industries culturelles constitue-t-il un passage obligé vers la mondialisation. Car l’universalisation des cultures n’a pu se réaliser et s’amplifier que grâce au développement de la technologie de l’information et de la communication. C’est donc la technique qui envahit le champ de l’économie. Mais ceci n’est qu’une apparence qui cache des enjeux économiques.  Il s’agit, là, dans un contexte de mondialisation d’un vaste mouvement d’économisassions de la culture. Aussi le développement des industries culturelles apparaît-il, en Afrique, comme la solution à l’occidentalisation de la culture. Il s’agit, en effet, de s’orienter résolument vers la promotion du secteur marchand de la culture qui pourrait constituer un moyen de promotion des cultures africaines mais surtout de donner des moyens de vivre aux créateurs africains. La richesse et la diversité de ses cultures l’y prédisposent.


Le Projet IGAC se voudrait donc être au-delà d’une simple  entreprise associative culturelle, créatrice de produit de divertissement, mais  une force de propositions cognitives susceptible d’apporter des améliorations dans l’élaboration des politiques culturelles africaines en général et camerounaise en particulier, de trouver des solutions aux pesanteurs socio économiques de notre développement culturel, participer à la création des richesses  à base des économies verts et créer de la plus value.   

EDUCULTURE une proposition de développement de l'industrie culturelle à la base. Le Projet IGAC se voudrait donc être au-delà d’une simple entreprise associative culturelle, créatrice de produit de divertissement, mais une force de propositions cognitives susceptible d’apporter des améliorations dans l’élaboration des politiques culturelles africaines en général et camerounaise en particulier,